Source : La Presse Canadienne le 04 août 2008

Des chercheurs canadiens ont découvert une anomalie génétique chez les gens présentant un risque de développer un cancer plus élevé que la normale, ce qui pourrait mener à la mise au point d’une analyse de sang permettant la détection précoce de leurs tumeurs, alors que le traitement de la maladie est plus facile.

L’objectif visé est de mettre au point un test permettant de prédire dans quel organe et à quel âge un cancer est susceptible de se développer.

L’étude de petites tranches de la population comme celle aux prises avec le syndrome de Li-Fraumeni rendait plus facile la détection de différences génétiques pouvant accroître les risques de cancer, cela permettant aux scientifiques de savoir ce qu’ils doivent chercher parmi la population en général.

Lien ici

Publicités