You are currently browsing the tag archive for the ‘antiaromatases’ tag.

Source: University of Michigan Health System, septembre 2007

Près des deux tiers des cancers du sein sont hormonaux-dépendants.

Après avoir été opérées, les patientes incluses dans l’étude du Pr Lynn Henry de l’Université du Michigan, avaient reçu un traitement hormonal. Plus précisément des inhibiteurs de l’aromatase qui bloquent les œstrogènes à l’origine de la prolifération des tumeurs cancéreuses. 25% à 30% des femmes sous ce traitement souffraient de maux de têtes et de douleurs musculaires…

Selon un travail américain, 13% des femmes traitées pour un cancer du sein, outre-Atlantique, cesseraient de prendre leurs médicaments à cause des effets secondaires. Notamment des douleurs musculaires.

Et ceci sans en avertir leur médecin…

Un rappel de prudence : parlez-en toujours à votre oncologue !!!

Dominique

Publicités